Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Sur Le Blog

Archives

27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 22:20
ALCOOL

Un Français sur dix est
malade de l'alcool


Un rapport pointe la faiblesse de la prise en charge de la maladie, dont cinq personnes meurent chaque jour.


Un rapport, rédigé par le journaliste Hervé Chabalier, affirme qu'un Français sur dix est malade de l'alcool, cinq personnes mourant chaque jour d'un accident lié à l'alcoolisme, et dénonce le manque d'engagement des pouvoirs publics face à ce drame.
Cinq millions de personnes ont une consommation abusive, dont 2 millions sont carrément dépendants de cette "drogue" affirme l'auteur dans le rapport qu'il a remis au gouvernement et que le ministre de la Santé a rendu public jeudi 24 novembre. L'alcool est aussi "la première cause de mortalité des jeunes" affirme le journaliste, fondateur et directeur de l'agence de télévision Capa. Et ce dernier sait de quoi il parle pour avoir lui-même souffert des ravages de l'alcool (Le Dernier pour la route, 2004 Editions Capa).

Alcoolisme foetale

Parce que leurs mères ont bu pendant leur grossesse, 700 à 3.000 enfants sur les 750.000 qui naissent chaque année sont susceptibles d'être atteints d'un syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) grave, et donc d'être handicapés.

L'alcool tue directement, selon les experts, 23.000 personnes par an, et est impliqué dans 45.000 décès si l'on prend en compte d'autres éléments comme la violence ou les accidents.
L'alcoolisation est impliquée dans 10 à 20 % des accidents du travail et à l'origine de 2.700 morts sur la route par an.
"L'alcool, c'est aussi un fardeau financier pour la collectivité supérieur à celui du tabac et des stupéfiants réunis : 1,42% du PIB soit 17,53 milliards d'euros contre 0,8% pour le tabac et 0,16% pour les stupéfiants", écrit-il.
La diminution progressive de la consommation d'alcool depuis les années 60 a été suivie d'une diminution proportionnelle et significative de la mortalité par cirrhose et par cancer (bouche, oesophage...).

Mauvaise prise en charge

L'auteur pointe la faiblesse de la prise en charge des personnes ayant des problèmes avec l'alcool : des hôpitaux dépourvus d'équipe spécialisée alors qu'ils ont un service pour soigner le foie malade. A Paris et en Ile de France, il existe 245 lits d'alcoologie, représentant 5.260 hospitalisations possibles, pour un peu plus de 550.000 malades alcooliques.
Il évoque le "parcours du combattant" pour obtenir un rendez-vous ("un à trois mois d'attente") dans une consultation d'alcoologie, les services qui ferment.
Ce énième rapport sur l'alcool, moins académique dans la forme que les précédents, brocarde l'Etat dont l'engagement fait défaut et au passage des initiatives "pousse au crime" de certains parlementaires en faveur du vin de terroir.
L'ordonnance d'Hervé Chabalier comprend 9 recommandations. En premier lieu, "faire de la lutte contre l'alcoolisme une grande cause nationale" et "admettre que l'alcool n'est pas un produit ordinaire : c'est une drogue".
"Reconnaître l'alcoolisme comme une maladie progressive" sans attendre ses stades extrêmes (cirrhose, greffe du foie). "Lutter contre le déni: grâce à des médecins qui veillent, des conseillers qui détectent, des groupes d'anciens buveurs qui interviennent" et "associer l'éducation à la sanction". En plus de l'aide aux proches, du rôle de l'entreprise dans la prévention, il préconise de "décider urgemment des mesures spécifiques à destination des jeunes".

Article publié par le nouvel observateur.nouvelobs.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans ACTUALITES
commenter cet article

commentaires