Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Sur Le Blog

Archives

24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 18:35

La Tabaski, c'est le nom donné à la fête de l'Aïd-el-Kébir en Afrique de l'Ouest. Cette fête célèbre le geste d'Abraham, à qui Dieu avait ordonné de sacrifier son enfant. Au dernier moment, un beau bélier cornu lui est envoyé du paradis pour le rachat de son fils. Pour perpétuer ce geste, triomphe de la foi sur le doute et le septiscisme, la Sounah recommande, à ceux qui ont les moyens, d' immoler une belle bête (bélier ou mouton castré, bouc ou caprin castré, brebis ou chèvre, taureau ou chameau), après une prière de deux Rakkas (génuflexion). La viande est mangée dans la famille et donnée aux nécessiteux.


 

Une grande fête au Sénégal

La fête de la Tabaski est un moment fort de la vie religieuse et culturelle au Sénégal.

La recherche du mouton (et de l'argent qui permet de l'acquérir) est une activité qui s'entreprend de nombreux jours avant la fête. Les foirals s'installent un peu partout dans la ville, et les bergers peuls sillonnent les rues avec leurs plus belles bêtes, lavées et parées. Les négociations sont interminables. Certains s'y prennent très tôt, d'autres le plus tard possible en espèrant que les prix baissent.

La Tabaski est aussi l'occasion de renouveller sa garde robe et d'offrir des nouveaux vêtements aux enfants, qui iront rendre visite aux membres de la famille.

De nombreuses personnes sont ainsi obligées de s'endetter (un mouton coûte de 40.000 F à 100.000 FCFA, parfois bien plus) pour "tenir son rang" et ne pas subir le regard du voisin.

Photos © Cheikh Tidiane Sagna et Maxime Laura    
 
 
Les foirals regorgent de belles bêtes et les palabres vont bon train.
Les moutons sillonnent les rues de Dakar
Les plus belles bêtes sont exposées.
 
 
Les marchés ne désemplissent pas.
Départ à la mosquée et prière de l'Imam.
 
 
Le mouton est sacrifié, dépecé et grillé

Partager cet article

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans PRESSE
commenter cet article

commentaires