Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Sur Le Blog

Archives

10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 07:51
 

REPORTERS SANS FRONTIÈRES
Ménard a des complices qui font semblant d’ignorer sa filière Miami

PAR JEAN-GUY ALLARD de Granma international

AVEC un budget provenant des millions du Plan Bush d’annexion de Cuba, Reporters sans frontières mène en ce moment son dernier cycle d’attaques contre l’Île, avec la complicité de médias qui font semblant d’ignorer le financement douteux de RSF et ses liens permanents avec l’extrême droite cubano-américaine.

En plus de disposer d’une comptabilité secrète, gérée par un cabinet de comptabilité d’Alexandria, en Virginie —à moins de 15 minutes du quartier général de la CIA — et d’un compte dans une succursale de la City Bank de New York alimenté par le flot de billets de National Endowment for Democracy, Robert Menard peut compter dans la métropole nord-américaine sur une personne de confiance, Tala Dowlatshahi, qui s’assure de la fluidité des dépôts.

La fortune de Ménard est ensuite transférée, par tranches de 10 000 dollars USA, au compte numéro FR76 4255 9000 9821 0281 du Crédit Coopératif (CCOPFRPP), à Paris¼ un trésor auquel le chef de RSF se réserve un accès exclusif !

Selon un article publié en août sur le site web nord-américain Counterpunch, par les chercheurs Diana Barahona et Jeb Sprague, l’alliance entre RSF et le Département d’État est si confidentielle que la NED refuse de révéler le contenu des documents IRI 2002-022/7270, IRI 2003-027/7470 et IRI 2004-035/7473 qui contiennent les détails des ententes existant entre RSF et l’International Republican Institute, l’instrument de propagande du Parti républicain.

L’IRI et la NED sont deux des intermédiaires utilisés depuis l’administration Reagan pour détourner des fonds publics vers des organisations étrangères qui appuient les plans d’ingérence de l’extrême droite nord-américaine et de l’Agence centrale de renseignement.

Aux donations secrètes de la NED/IRI s’ajoutent celles de Frank Calzon, du Center for a Free Cuba et Freedom House, et les chèques ponctuels d’Orlando Gutiérrez-Boronat, du Directorio Democrático Cubano, qui avec sa subvention de 663 690 dollars du fonds spécial assigné par le Département d’État, s’est emparé du record miamien de l’arrosage anti-cubain, selon des chiffres officiels.

Dans cette dernière campagne, Ménard a obtenu la collaboration d’agences complaisantes (la Reuters y a notablement contribué) qui évitent de toucher le sujet de ses relations avec Bacardi, le Cuban Liberty Council et la Fondation nationale cubano-américaine, tous associés aux activités de Luis Posada Carriles.

Il a aussi pu compter sur la collaboration ‘éthique’du Nuevo Herald qui souffre du même problème de myopie quand, en ayant des collaborateurs du Département d’État dans sa rédaction, n’arrive pas à mentionner que Ménard collabore avec Radio Marti et qu’on le paie ensuite pour faire sa propagande contre Cuba. Il y a bien une raison derrière le fait qu’il n’ai rien dit quand ont été congédiés puis réembauchés les autres collaborateurs.

Dans un article récent sur Cuba à partir de matériel fourni par RSF, le Herald oublie que Ménard, le propriétaire de RSF, n’a pas mentionné dans ce qu’il qualifie de rapport annuel de son organisation, la scandaleuse expulsion des pages du Miami Herald du plus populaire de ses commentateurs, Jim DeFede, en raison de sa condamnation du terrorisme cubano-américain dans une chronique publiée le 10 juillet 2005.

Entretemps, Carlos Alberto Montaner, condamné pour terrorisme à La Havane en 1960 quand il se consacrait à placer des bombes dans des magasins, continue à publier dans ce même journal ses commentaires orientés par ses patrons de la CIA.

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 07:45

Philippe Val et les conflits du Proche-Orient

vendredi 9 février 2007, par Alain Gresh


Accord entre le Fath et le Hamas. Les deux organisations palestiniennes ont signé un accord qui devrait mettre fin aux affrontements armées et déboucher sur la création d’un gouvernement d’union nationale. Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a nommé Ismaïl Haniyeh comme premier ministre et lui a transmis la lettre suivante :

« En tant que président du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et président de l’Autorité palestinienne, et en accord avec la loi fondamentale (basic law) et les pouvoirs qui me sont conférés :»

a) Je vous charge de former le prochain gouvernement palestinien dans les délais prévus par la loi fondamentale (cinq semaines) ;

b) Après avoir formé le gouvernement et nous l’avoir soumis, il doit être présenté devant le Conseil législatif pour obtenir la confiance ;

c) Je vous demande en tant que prochain chef du gouvernement de vous soumettre aux intérêts supérieurs du peuple palestinien, de préserver ses droits et ses conquêtes et de les développer et de travailler pour atteindre ses objectifs nationaux tels qu’ils ont été approuvés par le Conseil national palestinien, par la loi fondamentale, par le document de réconciliation nationale et par les décisions du sommet arabe. »

« Sur cette base, je vous appelle à respecter les résolutions internationales et les accords signés par l’OLP. »

Quand les banques s’enrichissent au détriment des Palestiniens. L’organisation Oxfam vient de publier un communiqué « L’aide européenne à la Palestine gaspillée en frais bancaires ». Selon l’organisation, tous les mois, la banque HSBC prélève un million de dollars sur les fonds versés par l’Union européenne aux Palestiniens. L’Union a, en effet, mis en place un mécanisme compliqué pour contourner le gouvernement palestinien appelé Mécanisme temporaire international. Oxfam appelle à « l’abandon du “Mécanisme Temporaire International” et à la reprise par les Etats européens de leur financement aux services essentiels fournis par les autorités palestiniennes au niveau local et national. »

Ce mécanisme qui remplace l’aide aux autorités par une aide aux individus rappelle étrangement celui que la communauté internationale avait mis en place contre l’Irak. Pendant plus de dix ans, on a appliqué un embargo contre ce pays, embargo qui a affaibli les structures étatiques. Celles-ci se sont effondrées lors de l’invasion américaine d’avril 2003 ; désormais, l’Etat irakien est évanescent et la région en paie les conséquences.

Poser les bonnes questions sur la guerre avec l’Iran. « Eviter la prochaine folie militaire au Proche-Orient exige que l’ordre du jour de l’analyse et du débat ne soit pas aussi sévèrement et tendancieusement tronqué qu’il l’était avant l’Irak. On devrait non seulement ne pas permettre aux partisans de l’action militaire de manipuler les réponses, mais on ne devrait également pas les laisser définir les questions. » C’est ce qu’écrit Paul R. Pilar, dans un article du Washington Post du 4 février et que notre ami K. a traduit (document joint)

Philippe Val et les conflits du Proche-Orient

Depuis plusieurs années, Philippe Val, le directeur de Charlie-Hebdo, a infléchi les positions qu’il défend sur les conflits du Proche-Orient. Il est intéressant de rappeler certaines d’entre elles.

Le site Acrimed publie le texte écrit par Philippe Val sur Yasser Arafat dans son éditorial du 3 avril 2002 dans Charlie-Hebdo, alors que l’opération « Rempart » battait son plein, à la veille des massacres de Jénine :

« Aujourd’hui, la totalité de la presse et des médias français soutient Arafat, un peu comme on a soutenu José Bové quand il défendait le roquefort. Arafat est un de ces éléments grâce auxquels perdure un système basé sur la "consommation d’idées rapides", comme on dit "restauration rapide". Sharon et Arafat sont deux rouages complémentaires de la machine qui fabrique la peur sur laquelle se fonde la servitude volontaire des peuples. Si Sharon est coupable de se laisser entraîner à l’irréparable, Arafat est coupable d’avoir voulu et prémédité cette stratégie. J’ai l’intuition que ces deux types de dirigeants sont les ennemis de l’humanité. »

On ne s’étonnera pas de voir Philippe Val défendre le pamphlet de Pierre-André Taguieff sur la judéophobie et l’ait jugé « indispensable : travail de recherche sérieux, comme toujours avec Taguieff […], ce livre est petit par la taille mais grand par le contenu ».

En juillet 2006, alors que l’aviation israélienne détruisait systématiquement le Liban et ses infrastructures et poursuivait ses opérations à Gaza, il écrivait dans un éditorial du 19 juillet :

« Les malheurs n’arrivent pas qu‘aux autres. Aux Israéliens, il n’arrive jamais rien. Ils vivent heureux et en sécurité, entourés de voisins charmants qui s’appellent Syrie, Hezbollah, Hamas. Ces braves gens ne feraient jamais de mal à une mouche. Mais comme l’Israélien a le fond méchant, il passe son temps à massacrer et à emprisonner les enfants des voisins. »

« Le leader chiite Hassan Nasrallah est un héros au sourire si doux. Il vient juste de foutre le feu à la région, mais évidemment, c’est de la faute d’Israël. Israël n‘est jamais agressé. Israël n‘est jamais en danger. Israël a toujours tort. La cruauté ontologique de l‘Israélien, au fond, est rassurante. Elle permet de mesurer à quel point on est du côté du bien, de la générosité, de l’irréprochable. »

« Vous voulez qu‘on vous trouve sympa et militant d’une gauche couillue et courageuse, portez un tee-shirt du Hamas à Paris-Plage. Que l’on critique les décisions du gouvernement israélien, qu‘on juge les ripostes excessives ou non, c’est une chose. Et qu‘on se donne au moins la peine de rappeler que le camp adverse - en l’occurrence le Hezbollah et sa jonction avec le Hamas - a aussi quelques responsabilités dans l’histoire. Pour les ambitions du Hezbollah - à savoir, fédérer pour le compte de l’Iran une grande force panislamiste -, une paix entre Israéliens et Palestiniens serait une catastrophe. »

« Ils font donc tout pour qu’une guerre fédératrice éclate, pendant laquelle l’Iran se hâtera d’achever son projet nucléaire. Qu’on parle de la réalité, au lieu d’en taire sans cesse la moitié. A moins d’annoncer la couleur et d‘avouer qu’on travaille dans un organe de propagande. Ce qui n’est pas le cas de Charlie. »

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz - dans ACTUALITES
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 17:31
OCI-AIIF/Palestine: L'Académie islamique Internationale du Fiqh condamne fermement les activités des autorités de l’occupation contre la sainte mosquée d’Al-Aqsa

Jeddah, 21 Muharram/8 fév.(IINA)-
L'Académie islamique Internationale du Fiqh (AIIF), un organe subsidiaire de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI) basé à Jeddah, en Arabie Saoudite, a fermement condamné mercredi les activités des autorités de l'occupation à Al-Quds (Jérusalem occupé), contre la sainte mosquée d'Al-Aqsa, première qibla et troisième lieu saint de l'islam après la mosquée Al Haram à la Mecque et la mosquée du Prophète Mohamed à Médine.
Dans un communiqué de presse parvenu à l'IINA, l'AIIF par la voix de son secrétaire général, son Eminence Cheikh Mohamed Habib Ibn Al-Khoja, rappelle que tout au long de l’histoire, la Sainte Mosquée Al-Aqsa a occupé une place éminente dans le coeur des Musulmans des quatre coins du monde, car elle représente tout à la fois leur première Qibla (direction pour la prière), le lieu de l’Ascension de leur Prophète (PSL) et l’une des trois saintes mosquées qu’ils ont reçu l’ordre formel de visiter. C’est aussi la mosquée dont Dieu a béni les alentours et le lieu où sont descendus des Messages divins. Elle a été le témoin privilégié d’évènements grandioses qui ont marqué l’histoire politique et la civilisation musulmanes. Ce qui est regrettable, ce sont les actes flagrants de profanation et les attaques honteuses auxquels nous assistons aujourd’hui et qu’elle subit de la part de groupes sionistes extrémistes et des valets de l’occupation.
Cependant, ajoute le communiqué, ce qui constitue, aux yeux des Musulmans, l’acte le plus dangereux, face auquel nous mettons vivement en garde les autorités d’occupation, c’est le plan des autorités israéliennes de procéder à des excavations sous les fondations de la Mosquée Al-Aqsa et ses galeries souterraines. En effet, elles ont autorisé la construction de tunnels aux alentours des murs de la Mosquée, excavations qui, disent-elles, permettront d’entreprendre des explorations scientifiques, pour trouver une voie d’accès plus facile au Mur des Lamentations, en vue, soit disant, de confirmer l’existence du Temple de Salomon. Il ne s’agit là, en réalité, de rien d’autre qu’un subterfuge pour causer des fissures aux bâtiments situés au-dessus, ce qui conduirait inéluctablement à leur effondrement et à leur démolition.
Cheikh Al-Khoja a dit qu'au nombre des actes de profanation entrepris, par les autorités d’occupation, contre la Mosquée Al-Aqsa l’on peut citer l’occupation sauvage de la Place al-Bouraq, en plus de la permission accordée à des groupes extrémistes, de s’y promener en toute liberté, entourés de gardes de sécurité. Sans parler du fait qu’ils persistent dans leur volonté de démolir des bâtiments d’une importance historique qui appartiennent aux biens pieux (waqf) islamiques.
Ces attaques, a-t-il souligné, constituent un défi flagrant à tous Musulmans et au monde islamique. Et l’Académie, en les condamnant fermement, invite les Musulmans, gouvernements et peuples, à intervenir, par tous les moyens politiques, médiatiques et judiciaires, pour mettre immédiatement un terme à ces agissements criminels. Elle exhorte également la communauté internationale à prendre ses responsabilités face à ces agissements gravissimes qui menacent la paix et la sécurité régionales et internationales.
Le secrétaire général de l'AIIF a prié Dieu pour inspirer cette Oummah et la guider dans le droit chemin pour qu’elle occupe la place que le Tout-Puissant lui a assignée, celle de communauté du Juste Milieu qui fait et ordonne le Bien, évite et condamne le Mal et qui fait de la Concertation un système de gestion des affaires de la Cité et des hommes.
AH/IINA

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz - dans VIE COMMUNAUTAIRE
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 08:24

 

 

 

  L’islamophobie

dans le Code rural

R 214-70 = abattage

rituel interdit

Les mosquées de Paris, d’Evry et de Lyon vont prochainement ratifier avec les ministères de l’Intérieur , de l’agriculture et le patronat de l’agroalimentaire, une « charte pour l’abattage halal ».

En modifiant plusieurs articles essentiels du Code rural ; R214-64 (installations agréées), R 214-70 (étourdissement obligatoire), l’abattage rituel musulman sera de fait interdit :

- pour l’Aïd-el-kébir hors d’abattoirs agréés (fin des sites recensés dérogatoires)

- par l’étourdissement et l’immobilisation mécanique obligatoires (assommage et électronarcose).

La fin (l’islamophobie) ne justifie pas les moyens ( rapports « scientifiques» sans confrontation d’idées avec l’approche religieuse juive ou musulmane).

Seuls les nazis ont interdit dans l’histoire l’abattage rituel.

ASIDCOM, association de sensibilisation, d’information et de défense de consommateurs musulmans appelle les autorités à mesurer les conséquences sanitaires, économiques et politiques si un tel projet était adopté.

Le projet législatif s’inscrit dans une initiative de la Commission Européenne qui vise à modifier la Directive 93/119/CE sur l’abattage des animaux.

Après les scandales de la viande avariée dans la filière halal (Bouod à Marseille ) ; la présence de porc dans les kèbabs, il est temps que les consommateurs musulmans s’organisent pour le respect de leurs droits, la liberté de conscience et l’exercice du culte conformément au droit international.Les consommateurs musulmans ne laisseront pas faire !

Respect de la santé, de l’environnement, des animaux, OUI !

Islamophobie, NON !

Le 6 février 2007/1428H.

 

 

                                       

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz - dans VIE DE L'ASSOCIATION
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 19:34

  • Liste provisoire en cours de validation par le Conseil d'administration de l'association ASIDCOM.

    Additifs à surveiller pour les consommateurs musulmans :
    E

101, 106a, 120, 124, 133, 140, 141, 153, 160f, 161, 162, 163, 170

214, 215, 216, 217, 218, 219, 230, 231, 232, 233, 252, 270

304,306,334, 335, 336, 337, 353, 354

422, 430, 431, 432, 433, 434, 435, 436, 441, 442, 444, 445, 470, 471, 472, 473, 474, 475, 476, 477, 478, 481, 482, 483,484,485, 491, 492, 493, 494, 495
542, 570,571,572,573

620, 621, 622, 623,626,627,628,629, 630, 631, 632, 633, 634, 635, 640

900, 904, 905, 910,913, 914, 920,921, 952
1000

1104.

         ------------------ A decouper --------------------------

Repost 0
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 16:40

http://www.agriculture.gouv.fr/spip/leministere.leministrelecabinet.communiquesdepresse_a6729.html

Toutes les organisations syndicales des fonctionnaires de l'Etat, des collectivités territoriales, des hopitaux, cheminots appellent à la grève générale dans tout le pays pour le 8 février 2007: salaires, emplois, missions du service public sont à l'ordre du jour.

Nous sommes dans le pays qui a osé dire NON au traité constitutionnel, un certain 29 mai 2005 ! Et comme nous l'enseigna notre bon maître le philosophe albigeois Joan Jaurès : "chercher la vérité et la dire".

La marchandisation de tous les secteurs de l'Etat sont au menu des grands argentiers. Le secteur vétérinaire est concerné.Il faut dire que l'on entend peu les défenseurs des consommateurs: UFC, INDECOSA....n'ont-ils rien à dire ? où accompagnent-ils la privatisation des services vétérinaires comme le fait le syndicat FO du ministère de l'agriculture. Ils prennent le temps de faire beaucoup de communiqués lors de l'aîd-el-kébir pour revendiquer la République et la laïcité,la répression...

Pendant ce temps une journée d'action des fonctionnaires de la direction générale de l'alimentation (DGAL) du ministère de l'agriculture a eu lieu le 25 janvier dans les services vétérinaires. Nous avons reçu un communiqué de presse émanant de la CGT qui dénonce la privatisation de l'inspection vétérinaire en abattoirs et de nombreux exemples en matière de sécurité sanitaire des aliments, de la santé et de la protection animale. En Corse, c'est la CGT et la FSU comme en Bretagne on résiste à l'appétit mercantiliste.

Comme tous les français ces fonctionnaires sont attachés au service public à l'hopital, au transport, à la poste et aussi en matière vétérinaire.

Nous sommes donc solidaires de la lutte de ces fonctionnaires et seront parmi eux le 8 février pour la défense du service public.

La déclaration du ministère du 26 janvier sur les acteurs de la chaine alimentaire vise peut être à rassurer les pauvres qui mangent du Corned beef et les consommateurs musulmans amateurs de HALAL et KEBAB.

Espérons que celà  ne soit pas une déclaration de haut niveau de protection politique et administrative !

ASIDCOM, la graine de ksouksous qu'il ne vaut mieux pas avoir dans la babouche !

 

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans PRESSE
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 08:03
 
Deux nouveaux fournisseurs sont aujourd'hui impliqués et le rappel de 210 000 boîtes de corned-beef a été ordonné.
 Delort / Le Figaro - publié le 25/01/2007

SALE ambiance dans les abattoirs français. Vendredi dernier la Direction générale de l'alimentation a demandé le rappel de 210 000 nouvelles boîtes de corned-beef sorties de l'usine choletaise Covi, spécialisée dans les préparations à base de viandes, 78 300 déjà commercialisées dans des magasins en France et 88 900 saisies dans l'usine. Au mois de décembre, c'était déjà 1,2 million de boîtes fabriquées chez Covi qui avaient été bloquées ou récupérées en urgence, dans toute l'Europe cette fois, car elles avaient été préparées avec des viandes impropres à la consommation humaine.
 

Les derniers résultats de viandes analysées chez Covi ont révélé en fin de semaine dernière que deux nouveaux fournisseurs avaient livré de la viande douteuse à Covi : Arcadie Sud-Ouest et Défial, chez qui 26 tonnes de viande ont été saisies dans le cadre de cette dernière opération. Le premier est une importante coopérative, spécialiste de l'abattage des ovins. Le second est filiale du groupe privé Alliance. Après Charal et Soviba qui avaient foruni les viandes à l'origine des premiers rappels, ce sont donc au total quatre grands abattoirs français qui sont dans le collimateur de la justice. Des établissements qui approvisionnent tous la grande distribution.

« Nous avons découvert des morceaux de viandes avec des abcès, des plaies de saignées, des hématomes qui n'auraient jamais dû être mis dans le circuit alimentaire », raconte un enquêteur. « Certains de ces produits appartiennent à une catégorie qui doit normalement être incinérée et ne convient ni à l'homme ni à l'animal », poursuit-il.
Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur d'Angers, Brigitte Angibaud. Les gendarmes veulent savoir si la viande avariée était réservée à Covi, ce qui laisserait soupçonner une complicité du client, où si d'autres usines de transformation ont également reçu des lots suspects qui seraient entrés dans la fabrication d'autres préparations culinaires. « Nous sommes au début de l'enquête, explique Brigitte Angibaud, pour l'instant nous ne pouvons tirer aucune conclusion. Mais les experts et les gendarmes travaillent ».
 
« Les gens se sentent peu concernés »

Chez les industriels l'affaire commence à faire du bruit. « Le corned-beef est vendu principalement chez les hard discounters, explique le directeur commercial d'une grande enseigne, les gens se sentent peu concernés. Si l'on découvrait que ce type de viande a été incorporé dans des lasagnes ou des raviolis les conséquences seraient dramatiques. » À ce stade, aucune responsabilité n'a été mise en lumière. Covi a engagé une procédure judiciaire civile contre ses fournisseurs, lesquels rejettent pour l'instant les soupçons dont ils font l'objet. Une seule certitude, des viandes destinées à la consommation animale ou vouées à la destruction ont été découvertes chez Covi. En cherchant l'origine de ces produits, les enquêteurs ont atterri chez quatre fournisseurs. 
Hier, le directeur d'Arcadie Sud-Ouest confirmait au Figaro qu'il avait fait l'objet de contrôles en lien avec l'affaire Covi mais affirmait ne pas connaître encore les résultats des analyses. Le patron du groupe Défial, lui, n'a pu être joint. « La viande est de plus en plus chère, elle a augmenté de 30 % au cours des trois dernières années, explique un fonctionnaire, les taxes d'équarrissage ont explosé. Acculés financièrement certains ont peut-être joué avec le feu ? ».
Un jeu dangereux car si les consommateurs perdent à nouveau confiance, c'est toute une profession qui risque de payer la facture. Lors de la crise de la vache folle, les ventes avaient chuté de 40 % en quelques jours. Or les signaux sont au rouge car à Marseille, la semaine dernière, un spécialiste de viande hallal s'est aussi fait pincer avec de la viande avariée dans ses frigos et, en Charente-Maritime, l'atelier de découpe de viande Sorivisa est lui aussi montré du doigt.
Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans PRESSE
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 04:27
Santé

Cinq médecins interpellent les candidats sur le tabac, la route, l'obésité et l'alcool

http://www.securite-sanitaire.org/

Les questions de santé publique et de sécurité sanitaire s'invitent dans la campagne électorale. A quelques jours du 1er février, date à laquelle il sera interdit de fumer dans les entreprises, cinq médecins auteurs d'un rapport sur la prévention à l'origine de la loi Evin de 1991 sur le tabac et l'alcool interpellent les candidats avec seize questions.

Les professeurs Claude Got, Gérard Dubois, François Grémy, Albert Hirsch, Maurice Tubiana proposent d'augmenter de 10% par an le prix du paquet de cigarettes, d'interdire toute publicité télévisée faisant la promotion de l'alimentation industrialisée (grasse et sucrée), jugée "nuisible". Parmi les 16 questions argumentées adressées aux candidats et accessibles sur le Net (www.securite-sanitaire.org) et dont les résultats seront publiés en ligne à partir de mi-février figure aussi la création d'une taxation et un vrai bonus/malus dissuasif à l'achat pour les voitures grosses consommatrices de carburant.

Les "sages" défendent également le principe de référendums d'initiative populaire en matière de sécurité sanitaire.
"Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne (article 3 de la déclaration universelle des droits de l'homme)", rappellent en préambule les cinq professeurs, dont Libération a publié aujourd'hui un long texte initial.

"Il faut interdire toute publicité télévisée et par affichage assurant la promotion de l'alimentation industrialisée et avoir un étiquetage informatif n'exigeant pas de calculs complexes" et "améliorer la reconnaissance des enfants en surpoids et les aider ainsi que leur famille à maîtriser ce risque", écrivent-ils.

Ils prônent l'interdiction dans les publicité et défilés de mode de mannequins d'une maigreur "dangereuse". Pour l'alcool, un retour à un encadrement strict de la publicité, la mention du nombre de grammes d'alcool pur sur chaque contenant et la suppression du conseil de modération et de prévention sont recommandées. Les diagnostics amiante doivent selon eux être mis à la disposition de tous sur le Net, tant pour les bâtiments privés que publics.

En termes de sécurité routière, après la diminution de la mortalité sur les routes de 40% au cours des cinq dernières années (contre 3% au cours des cinq années précédant mai 2002), ils recommandent d'agir sur les véhicules. Aussi suggèrent-ils l'adoption unilatérale par la France d'un texte réglementaire bridant la vitesse des véhicules à la construction. Cela permettrait de voir si un pays peut se substituer aux défaillances de l'Europe en matière de sécurité.


Les fumeurs hors la loi dans les entreprises le 1er février 2007
INTERDICTIONS
L'interdiction de fumer sera effective dans tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public ou qui constituent des lieux de travail, dans les moyens de transport collectif, dans les espaces non couverts (cours de récréation) des écoles, collèges et lycées publics et privés, ainsi que des établissements destinés à l'accueil, à la formation et à l'hébergement des mineurs. Elle entrera en vigueur près d'un an plus tard, au 1er janvier 2008, dans les "débits permanents de boissons à consommer sur place, casinos, cercles de jeu, débits de tabac, discothèques, hôtels et restaurants".
AMENAGEMENTS
Les entreprises peuvent aménager des "emplacements réservés", qui sont des "salles closes, affectées à la consommation du tabac, et dans lesquelles aucune prestation de service n'est délivrée". Ces salles doivent être "équipées d'un dispositif d'extraction d'air par ventilation mécanique", "ne pas constituer un lieu de passage", présenter "une superficie au plus égale à 20% de la superficie totale de l'établissement", sans "dépasser 35 m2", et être munies de fermetures automatiques. Le projet d'aménagement devra être soumis au comité d'hygiène et de sécurité ou, à défaut, aux délégués du personnel et au médecin du travail.
AMENDES
Une amende forfaitaire de 68 euros sanctionnera les fumeurs contrevenant à l'interdiction. Le montant de l'amende sera porté à 135 euros pour les responsables des établissements n'ayant pas mis en place la signalisation prévue, ayant mis à disposition des fumeurs "un emplacement non conforme" ou ayant favorisé la violation de l'interdiction
latribune.fr
Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans SANTE ET ALIMENTATION
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 04:14

Projet de loi consommation

Communiqué de l'UFC - Que Choisir du 22/01/07
Thierry Breton se prononce contre l'action de groupe

L'UFC-Que Choisir s'alarme des déclarations du Ministre de l'Economie sur le projet de loi « en faveur des consommateurs », parues ce matin dans les Echos, qui révèlent un manque cruel d'ouverture, une opposition caractérisée aux vraies réformes.

Sur le volet relatif à l'action de groupe, procédure essentielle attendue depuis quinze ans par les consommateurs, le Ministre reste sourd aux nombreuses critiques, y compris celles venant de sa majorité, qui soulignent que le mécanisme proposé s'avérera complexe, ingérable et inefficace en continuant de le présenter comme une « solution équilibrée ». L'élargissement du champ d'application aux pratiques anticoncurrentielles qu'il propose n'est que de la poudre aux yeux... A quoi bon étendre le champ d'application d'une procédure qui, compte tenu de ses vices, sera incapable de réparer le préjudice des consommateurs ? Sans réforme profonde du mécanisme, cet élargissement ne profitera donc pas aux consommateurs. Thierry BRETON doit cesser de présenter son texte comme étant celui qui introduit en France l'action de groupe. Il y a « tromperie manifeste sur la marchandise ».

Sur les autres volets, le Ministre ne se montre guère plus ouvert soulignant « qu'un nombre important d'amendements en préparation » était « éloigné du texte »... Par exemple, concernant la gratuité du temps d'attente, qu'il propose d'élargir à tous les secteurs, le Ministre ne peut pas faire comme si le rapport du CGTI (Conseil Général des Technologies de l'Information), qui souligne que la mise en oeuvre de la gratuité du temps d'attente telle qu'elle est envisagée prendrait entre 18 et 24 mois, n'avait jamais existé. Le Ministre ne peut pas non plus faire fi de la proposition concrète d'amendement de l'ARCEP, soutenue par les associations de consommateurs. Si le Ministre veut pacifier, ou aider à rendre plus pacifique les relations entre les consommateurs et les professionnels, il doit accepter que tous les services d'assistance mutent en numéro libre d'appel (« numéros verts »).

Quant aux chances de voir le texte adopté avant la fin de la session ordinaire, Thierry Breton se contente d'une inacceptable réponse de normand. Affirmant qu'il avait demandé que « l'urgence (une seule lecture dans chaque chambre) soit déclarée », il nuance immédiatement cette idée en déclarant qu'il « serait souhaitable » (et non impératif) que le texte soit adopté avant la fin de la législature...

L'UFC-Que Choisir appelle donc les parlementaires à ne pas accepter ce texte en l'état, à rejeter la prétendue action de groupe telle qu'elle est proposée, et, à travers leur pouvoir d'amendement, à faire aboutir les vraies réformes que les citoyens attendent.

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans PRESSE
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 11:35

 

"KHMAJ MIN ZBEL" !

La pourriture de la poubelle !

Les ministères de l'agriculture et de la justice, les autorités européennes mettent en cause la filière bovine dans 2 affaires sur l'utilisation de viande avariée: COVI, CHARAL, BOUOD à Marseille serait dans l'oeïl du cyclone. Le quotidien "le figaro" dans son édition des 20 et 21 janvier 2007 revient sur ces affaires. Il faut dire que les services adminstratifs et judiciaires semblent faire leur travail . Par contre le moins que l'on puisse dire c'est que les médias ne nous ont pas abreuvés des noms commerciaux des produits concernés. OF COURSE !

Il y a 3 ans la même entreprise marseillaise était concernée par des cas de botulisme. C'est dire que nous souhaitons que la plus grande rigueur soit à l'ordre du jour; les consommateurs musulmans ne sont pas des mangeurs de "KHMAJ MIN ZBEL" (pourriture de la poubelle). Jusqu'à aujourd'hui les déchets étaient réservés aux chiens, à l'alimentation animale...sauf chez les bourgeois qui peuvent leur payer du faux filet !

Et si nos décideurs veulent des idées, qu'ils s'occupent des merguez ....

ASIDCOM va engager les démarches nécessaires pour être partie civile dans cette affaire.

 

 

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET

DE LA PECHE

Paris, le 16 janvier 2007

COMMUNIQUE DE PRESSE

Retrait de produits de viande non conforme

Des contrôles réalisés fin novembre 2006 par les services vétérinaires, ont mis en évidence dans

l’entreprise COVI (Maine-et-Loire) des lots de matière première, destinés à la fabrication de

produits à base de viande (corned beef) non conformes aux règles sanitaires en vigueur. Il

s’agissait de déchets de découpe qui n’étaient pas aptes à la consommation humaine.

La Direction départementale des services vétérinaires du Maine-et-Loire a demandé au

professionnel le retrait de tous les lots de produits finis qui pourraient contenir ces matières

premières, de l’ensemble des sites en cause. Ce retrait a été effectué sous la responsabilité du

professionnel auprès de ses clients, tant en France que dans les pays concernés de l‘Union

européenne (Royaume-Uni, Belgique, Grèce et Irlande). Les produits ont par conséquent été

retirés des magasins.

La Direction générale de l’alimentation a informé, conformément aux procédures communautaires

en vigueur, le réseau d’alerte de la Commission européenne. L’information des consommateurs a

été réalisée en France par voie d’affichettes sur les lieux de vente.

Une enquête est en cours chez les fournisseurs des matières premières en cause, et l’entreprise

COVI a été placée sous contrôle vétérinaire renforcé. Par ailleurs, la Justice est saisie du dossier.

Pour s'informer:

http://www.france5.fr/cdanslair/008100/20/

http://ouest.france3.fr/info/27484209-fr.php

http://tf1.lci.fr/infos/france/2005/0,,3221774,00-saisie-viande-hallal-avariee-.html

Repost 0
Published by Hadj Abdelaziz Bernard Di Spigno - dans PRESSE
commenter cet article